Cuisine extraterrestre pour un spationaute français

Thomas Pesquet spationaute français décollera le jeudi 17 novembre pour la station spatiale ISS. dans ses bagages des recettes concoctées par deux grands chefs français. Le tout aux normes HACCP.

Thomas Pesquet est spationaute et le jeudi 17 novembre est une date historique pour le Français : il doit décoller de la terre ferme à Baïkonour pour rejoindre l'espace. Direction la Station spatiale internationale (ISS) pour une mission de six mois. Un double événement car il est le premier tricolore à partir depuis 2008 mais qu'il le fera - en digne ambassadeur de la cuisine française - en s'envolant avec des recettes concoctées par deux grands chefs français.

 

Thomas Pesquet décollera dans l'espace avec des plats préparés par des chefs français.Alain Ducasse et Thierry Marx vers les étoiles

Dans ses bagages spatiaux, il emporte treize créations imaginées par Alain Ducasse (l'homme aux 23 restaurants sur la planète terre) et Thierry Marx (le roi de la cuisine moléculaire) : de la joue de bœuf bourguignon, à la langue de veau Lucullus, en passant par le crémeux au citron ou suprême de veau aux morilles... 

Les chefs étoilés prennent une autre dimension en ayant l'objectif de préparer des plats populaires pour remémorer à l'astronaute ceux de son pays. En 2013, le chef turinois Davide Scabin avait ainsi composé un tiramisu et un risotto au pesto pour le vo de l'Italien Luca Parmitano. En 2015, l'anglais trois fois étoilé Heston avait été le premier à envoyer une tasse de thé et un sandwich au bacon dans l'espace.

 

Mais comment sont expédiés les plats ?

Par vaisseau cargo, après deux années de tests et de validation. La méthode utilisée pour la cuisine extraterrestre est celle de la déshydratation. Et comme l'indique Le Figaro, ce sont parfois les clients des restaurants terrestres qui ont servi de cobaye à l'expérimentation spatiale. C'est ainsi que «la langue Lucullus, foie gras, salsifis au beurre noisette et sauce Périgueux » a été testé par Thierry Marx, au Mandarin Oriental (Paris), avant de se retrouver sur une lampe de lancement.

 

Un cahier des charges

Avant d'aboutir à la naissance de ces recettes extra-planétaires, il a fallu respecter un cahier des charges ultra-rigoureux en matière de respect des normes spatiales.... Il faut savoir que les aliments doivent pouvoir être conservés à température ambiante pendant 24 mois, dans des conditions sanitaires irréprochables. Le conditionnement des plats est réalisé sous forme de sachets lyophilisés ou de boîtes de conserve. Sachant que dans l'espace, les goûts sont moins "relevés", les chefs ont dû utiliser des procédés de cuisine classique comme l'emploi des épices ou la réduction de sauces. On apprend qu'un aliment était banni : le pain, jusqu'à ce que le chef britannique crée une mie que ne s'émiette pas (les miettes volantes pouvant créer des ... dommages matériels).

 

De l'espace à l'HACCP

Mais finalement, de l'espace aux cuisines des professionnels, il n'y a qu'un pas. A commencer par la réglementation sur l'HACCP. L'Hazard Analysis Critical Control Point (HACCP) - en français « Analyse des dangers – points critiques pour leur maitrise » - est une méthode américaine, née dans le courant des années 60 et issue d'expériences spatiales. A cette période, la NASA souhaitait envoyer des hommes dans l’espace, et pour se faire, il fallait garantir une sécurité maximum quant aux aliments qui allaient être transportés pendant ce voyage. C'est ainsi que le système destiné à éliminer tout risque sanitaire a été mis en place et qu'il est utilisé dans la restauration.

 
×

Faites-vous rappeler

Si vous ne souhaitez pas vous inscrire en ligne, ou voulez simplement des renseignements, laissez-nous votre nom et votre numéro de téléphone, et nous vous rappelerons dans les plus brefs délais.

×

Faites-vous rappeler

Fermer